BLANTERWISDOM101

L’accident vasculaire cérébral

07‏/03‏/2018


1.Définition :
L’accident vasculaire cérébral est un déficit neurologique focal de survenue soudaine (apparition en moins de 2 minutes) en relation avec une lésion du parenchyme cérébral par infarctus ou par hémorragie.
Les AVC ischémiques sont les plus fréquents (80 à 85%).
Le terme « Accident Ischémique (AIC) regroupe les AVC par infarctus cérébraux et les   Accidents   Ischémiques transitoires (AIT).
L'accident ischémique transitoire (AIT) est un épisode bref de dysfonctionnement neurologique dû à une ischémie focale cérébrale ou rétinienne, dont les symptômes cliniques durent typiquement moins d’1 heure, sans preuve d’infarctus aigu à l’imagerie cérébrale.
Le plus souvent de diagnostic rétrospectif, ils représentent 10% de l'ensemble des AIC mais sont   largement   sous-estimés.   Ils   constituent   pourtant   un   signe   d'alerte   d'une récurrence ischémique à court terme. Le risque d’AVC après un AIT est maximal lors des 48 premières heures et de l’ordre de 10-20% à 3 mois. Ils nécessitent une prise en charge rapide pour un bilan étiologique complet et la mise en œuvre d’une prévention   secondaire.  
Les   AVC   ischémiques   peuvent   relever   de   plusieurs mécanismes : 
*artériel :
- Microangiopathie :   Athérosclérose   (sténose,   thrombose   ou   embolie   à partir d’une plaque d’athérome), dissection
- Embolie d’origine cardiaque (cardiopathie fonctionnelle type fibrillation auriculaire ou morphologique type endocardite)
- Maladie des petites artères (microangiopathie ou lacune)
- Causes   rares  :  coagulopathies  acquises  ou  congénitales,   hémopathies, maladies métaboliques (mitochondiropathie)
* veineux : plus rarement d’une thrombose veineuse cérébrale (0.5 à 1% des
AVC)
2.DIAGNOSTIQUER UN AVC :
Le diagnostic d’AVC repose en règle sur la clinique (déficit neurologique focalisé d’apparition brutale), le diagnostic de la nature de l’AVC repose sur l’imagerie cérébrale. Le tableau clinique est à début brutal, et peut secondairement évoluer en fonction de l’oedème cérébral ou de l’extension de l’hémorragie.
1.L’anamnése de patient ou de son entourage (L’heure, les déficits initiaux et leur évolution, Le contexte
2.  L’EXAMEN : L’examen neurologique confirme le déficit, a la recherche d’une hémiparésie, hémiplégie, atteinte   visuelle, aphasie, et tout autre lésion
3.   L’IMAGERIE CÉRÉBRALE : (tomodensitométrie-TDM, IRM) obtenue dans les meilleurs délais a pour but primordial la distinction entre AVC hémorragique et AVC ischémique. Elle amorce les diagnostics étiologique et différentiel, et permet de vérifier la cohérence anatomoclinique du tableau
 3.PRONOSTIC DES AVC :
Les causes de décès se répartissent schématiquement en: lésion cérébrale massive et engagement temporal (50% des décès), complications du décubitus (pneumopathie 20 à 30% et embolie pulmonaire), maladies associées principalement cardiaques.
La moitié des décès survient dans les 72 premières heures
4.L’ATTITUDE THÉRAPEUTIQUE :
L’AVC est une urgence diagnostique et thérapeutique
GESTES À FAIRE ET À NE PAS FAIRE LORS DE LA PRISE EN CHARGE PRÉ-HOSPITALIÈRE
A Faire
*S’assurer de l’absence d’une menace vitale immédiate.
* Évaluer le niveau de vigilance, l’importance du déficit (existence ou non d’une atteinte de l’étage céphalique, possibilité de motricité des membres supérieurs et inférieurs contre résistance ou contre pesanteur).
* Préciser le début des troubles neurologiques (par le patient lui-même ou par un témoin), ainsi   que   les   traitements   antérieurs   et   actuels   et transmettre   ces informations au service d’accueil.
*Mesurer la pression artérielle en décubitus.
*Organiser le transfert immédiat vers une unité neuro-vasculaire.
 A ne pas faire
*Ne pas entreprendre de traitement antihypertenseur.
*Ne pas utiliser de corticoïdes.
* Ne pas utiliser d’héparine.
*Ne pas utiliser d’aspirine
* Ne pas faire d’injection intramusculaire.
PRISE EN CHARGE HOSPITALIÈRE
*mise en condition « La liberté des voies aériennes supérieures, équilibre hydroélectrolytique, Les paramètres vitaux,,,,,
*Pression artérielle :a la   phase   aiguë   d’un   AVC   ischémique,   il   est   recommandé   de   respecter l’hypertension artérielle (pour maintenir un débit cérébral suffisant
*prise en charge des Complications : ‘’thrombo-emboliques veineuses, Œdème cérébral, Epilepsie, ou  Traitement chirurgical lors d’infarctus cérébelleux
*traitement étiologique après une EXPLORATIONS VASCULAIRES (EXTRA ET INTRACRÂNIEN) et CARDIAQUES 

 


Share This :